christophe-addinquy Christophe Addinquy

Qui es-tu ?
Un coach agile, mais pas seulement. Je suis aussi aujourd’hui responsable d’agence au sein de ma société. J’en dirais plus en réponse à la question suivante.
Que fais-tu ?
Je définis mon rôle comme « aider à faire grandir les consultants de mon agence et avoir un impact chez mes clients ». En pratique, cela signifie du coaching pour aider les individus et les organisations à embrasser l’état d’esprit agile, les aider à penser émergence de produit plutôt que réalisation de projet et les guider pour reconstruire les bonnes interactions et devenir maîtres de leur destin.
Aider les consultants à grandir, c’est comprendre leur motivations intrinsèques, trouver ou construire un contexte qui les satisfassent, les faire travailler à des endroits et avec des personnes qui leur permettront d’évoluer.
Que vas-tu présenter à LKFR ?
Il s’agit d’un « hacking » de l’Impact Mapping de Gojko Adzic. J’aime bien cette approche exploratoire de la solution s’appuyant sur 4 questions. Il s’agit de questions ouvertes : Pourquoi ? Qui ? Comment ? Quoi ? Et justement la nature ouverte de ces questions rend l’exercice difficile. On fait souvent face au syndrôme de la page blanche.
J’ai adossé à l’impact mapping différentes techniques, empruntées ou adaptées, pour faciliter l’exploration de ces 4 dimensions. Ceci guide l’usage de cette nouvelle mouture de l’impact mapping dans une direction particulière, fortement colorée UX. Bref, je ne le vois pas comme un meilleur Impact Mapping, mais comme une variante différente.
Qu’est-ce qui te permettra de dire que la conférence est réussie ?
Il y a deux réponses à cette question.
A titre personnel: le ou les « take away » avec lesquels je repars. Ce sont de nouvelles idées ou des rencontres inspirantes. La qualité prime sur la quantité. Parfois, un seul take away suffit à rendre une conférence réussie.
A titre général : l’énergie, la convivialité qui rayonnera de la conférence. Bref, une conférence qui ne se segmente pas uniquement en orateurs et en auditeurs (consommateurs), mais avec une multitude de gens venus partager.
Qu’est-ce qui permettra à ton audience de dire que ta présentation est réussie ?
Qu’ils aient l’intention d’essayer ne serait-ce qu’une partie de ce que nous aurons vu ensemble !
Votre mot préféré ?
Je ne pense pas avoir de mot préféré. Mais ce petit exercice me fait penser à un mot, ou plutôt un verbe que j’aime bien : Essayer.
Le mot que vous détestez ?
Pas non plus un mouton noir en particulier. Celui qui me vient à l’esprit maintenant : Conformité
Le son, le bruit que vous aimez ?
Celui de la pluie.
Le son, le bruit que vous détestez ?
Celui des chantiers (BTP, travaux publics)
Votre juron, gros mot ou blasphème favori ?
Que diantre !
Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ?
Simone Veil
Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ?
Il y en a probablement trop pour être tous cités. Je vais commencer par : Mercenaire.
La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ?
Je passerai bien cette question, mais je préfère la hacker !
Deux arbres m’ont toujours fasciné : le Sequoia, un incroyable monument végétal, et le Banyan, capable de s’étendre à l’infini en produisant de nouveaux troncs !
L’animal qui me fascine est le plus est le tardigrade ! Un animal minuscule mais capable de résister à des conditions de vie extrêmes qui n’existent même pas sur terre, comme une pression d’eau de 60 km ou le vide spatial !
Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ?
You’re talking to me ?
Quelle question aurais tu aimé que l’on te pose
Probablement celle-ci, justement. Ou formulée un peu différemment : Quelles sont les questions importantes pour toi ?

Sessions associés

Voir le calendrier complet